Rechercher
  • Eric Galliano

Mais qu'est ce que le Gravel Bike ?


Photo : Ugo Richard Photographe


« Aujourd’hui, la performance n’a de valeur que si elle est partagée » : Jonathan Metge, co-organisateur du Gravel Trophy, nous en dit plus sur ce nouvel événement cycliste qui se déroulera les 30 et 31 Mai prochains au cœur des Alpes-Maritimes.

Qu’est-ce que le Gravel?

Le Gravel est une nouvelle pratique cycliste qui nous vient tout droit des États-Unis, ou beaucoup de routes ne sont pas goudronnées. D’où le nom de Gravel, d’ailleurs, qui vient du mot gravier. Les pionniers de cette discipline sont les adeptes du vélo de route qui recherchaient une nouvelle forme de pratique pour se rapprocher de la nature. Depuis deux ans, le Gravel est en forte croissance et pour répondre à cet engouement, la plupart des marques propose aujourd’hui une gamme de vélos adaptés. C’est un signe qui ne trompe pas et qui démontre tout le potentiel commercial que représente ce nouveau marché.

Justement, ça ressemble à quoi un vélo de Gravel?

Pour résumer on pourrait dire que c’est un vélo de course équipé de gros pneus. Même si la géométrie a dû aussi être retravaillée pour que les vélos soient plus résistants et puissent bénéficier d’un passage de roue plus large et la plus part du temps de freins à disque.


Photo : Ugo Richard Photographe

Quelle est la différence avec un VTT?

La pratique du VTT est plus engageante. Elle nécessite un matériel très spécifique et donc souvent onéreux. Le Gravel s’adresse à une population plus large de pratiquants ; en priorité les adeptes du vélo de course qui recherchent une nouvelle forme de pratique associant la performance et le plaisir de la découverte. Même si paradoxalement, au-delà de pouvoir emprunter les sentiers, les vélos de Gravel sont particulièrement bien adaptés aux usages urbains et peuvent d’être utilisés quotidiennement pour aller travailler par exemple.


Comment se manifeste ce nouvel engouement pour le Gravel ?

Notre conviction est que le succès du Gravel est intimement lié à l’organisation d’événement. Par exemple aux États-Unis, il y a notamment une course emblématique, la Dirty Kansas de 200 kilomètres, qui a contribué à faire connaître le Gravel. Pour faire le lien, la Dirty Kansas est tout comme nous en partenariat avec le leader des compteurs GPS de vélo Garmin. Les marques ont donc bien analysées le phénomène.

En 2006 il n’y avait que 34 participants sur la ligne de départ de la Dirty Kansas. Cette année ils étaient 2750 au départ ! C’est l’ambition que nous nous sommes donnée pour le Gravel Trophy.


Et de ce côté-ci de l’Atlantique ?

Tout est à faire ! Alors qu’aux États-Unis les adeptes de Gravel roulent en peloton, façon tour de France, sur d’immenses boucles en gravier à très faible dénivelé, le fait qu’en Europe nous n’avons pas vraiment de parcours qui ressemble à ça. C’est donc à nous de définir notre façon de pratiquer le Gravel.


Photo : Ugo Richard Photographe

0 vue